Décoder le TEMPS DE TRAVAIL en intérim

Décoder le TEMPS DE TRAVAIL en intérim

Chaque mission présente ses spécificités, aussi voici 3 questions simples à poser à votre agence avant d’accepter un nouveau contrat de travail temporaire :

·        Quel est précisément le poste que je vais occuper ?

·        Quelle sera la répartition de mes horaires ? Pour quelle organisation du temps ?

·        Quels seront (tous) les éléments de ma rémunération ?

Ces quelques pistes vous permetteront d’échanger sereinement avec votre agence avant d’accepter votre contrat, qui devra préciser, entre autres, l’organisation du travail.


Heures supp’, JRTT, CET, modulation … D’une mission à l’autre tout peut changer, est-ce normal ?


Pour dire les choses en une seule phrase, on peut toujours s’appuyer sur le Code du travail : « L'entreprise utilisatrice doit occuper les intérimaires selon le même horaire collectif que ses salariés permanents ». Les modalités d'aménagement du temps de travail, dont bénéficient vos collègues salariés permanents, sont donc, les mêmes pour vous.

Fin de l’article ?! Oui, mais …


1.     Dans la pratique, ce n’est pas toujours aussi simple, car en tant qu’intérimaire, vous êtes rémunéré à l’heure. Vous n’êtes pas payé sur la base d’un forfait de salaire, comme le sont les salariés permanents, vous n’êtes pas concerné par la mensualisation. Concrètement, votre salaire, pour chacune de vos missions, s’élèvera, au minimum, à un taux horaire multiplié par le nombre d’heures travaillés (151,67 heures sur un mois par exemple).

2.     L’aménagement de la durée du travail a fait l’objet de nombreuses reformes et certaines entreprises ont adapté des modalités particulières qui vous placent dans des situations extrêmement variées d’une mission à l’autre. Examinons les plus courantes :


·        Si je fais des heures supplémentaires, comment sont-elles calculées ?

Elles le sont sur la même base que celle des salariés permanents au-delà des 35 heures de travail hebdomadaire, les heures supplémentaires sont majorées de 25%, puis de 50 % au-delà de la 43ème heure. Attention, une entreprise peut présenter un taux de majoration inférieur (ce taux ne peut être inférieur à 10 %.), vérifiez votre contrat de travail !


·        Je recherche une mission en intérim à temps partiel : est-ce possible ?

Oui, bien sûr, vous pouvez travailler à temps partiel, comme tout salarié. Être à temps partiel signifie que la durée de votre temps de travail est inférieure à la durée légale. Sachez qu’il existe une durée minimale hebdomadaire de 24 heures (104 heures en équivalent mensuel), sauf évidemment, si vous préférez travailler moins. Si vous travaillez plus que la durée prévue à votre contrat à temps partiel, alors vous percevez des heures complémentaires rémunérées à 10% ou à 25 %, vérifiez votre contrat de travail !


·        Un accord de réduction du temps de travail (RTT) existe dans l’entreprise où j’effectue ma mission. Suis-je concerné ?

Oui, c’est possible. Là aussi, votre contrat de mission doit le mentionner avec la référence à l’accord applicable en matière de RTT dans l’entreprise où vous serez en poste. Que deviennent vos Jours RTT si votre mission est trop courte pour les prendre ? Ils vous sont payés sous forme d’une indemnité compensatrice équivalente en fin de mission entrant dans la base de calcul de vos indemnités de fin de mission et de congés payés.


·        La modulation du temps de travail est applicable … suis-je concerné ?

La modulation permet à une entreprise de diminuer la durée du travail en période de faible activité et de l’augmenter en période de forte activité, par un système de compensation des heures. Un accord collectif applicable dans l’entreprise utilisatrice existe, votre agence en a connaissance et va vous expliquer comment cette modulation va s’appliquer à chacun de vos contrats.


·        Mon agence me propose d’ouvrir un CET, ques aquo ?

Pratiquement toutes les agences d’emploi permettent d’épargner (à 5 % minimum) certains éléments de votre rémunération, en vue d’une utilisation future. Si c’est un avantage considérable pour qui cherche à épargner simplement et sans risque, sachez que votre agence y gagne également car elle optimise ainsi les allégements de charges sur les bas salaires. Le CET, un dispositif gagnant-gagnant ? Oui, et c’est vous qui décidez de l’alimenter !